L’histoire d’Octave et Anatole

Musicien du groupe de jazz manouche Garry Nayah

La petite histoire d’Octave & Anatole...

Ici Octave, se demandant dans l’intervalle
de deux accords bien renversés, et peu banals
s’il n’était pas venue pour lui l’heure cruciale
de s’associer d’un acolyte sur qui compter
pour exposer au bon public ses thèmes jazzés

Non loin de là, et embrumé, vint Anatole,
cherchant en vain une pompe swinguée qui fasse école
pour donner vie à ses solis les plus rythmés
un gars capable de cadences mêmes endiablées.
Ni une ni deux, ils s’accordèrent parfaitement
Au coin du bar, sur les trottoirs et chez les gens
ils partageaient leur bonne humeur, leurs airs enjoués
à qui grattait, pinçait, chantait ou écoutait !

Ils arrangeaient tout c’qui se jouait à la sauce louche
et néanmoins si réjouissante du jazz manouche
tout y passait des vieux standards aux chansonnettes
pour le bonheur des nostalgiques de la musette
Forcément ils virent débarquer du beau monde
Django, Brassens, Trénet, Le Duke, venaient en bande
et plus nombreux encore, tiens donc, les soirs de Mai
Où la Paulette et son violon accompagnait
leur doux délire anachronique, un brin désuet.